Cicatrisation cutanée, hémostase et phase inflammatoire

L’hémostase

cicatrisation inflammation

La phase hémostasique est la réponse immédiate à la blessure, pour stopper la perte de sang au niveau de la plaie dans les premières minutes qui suivent la lésion. Les dommages aux capillaires sanguins et l’hémorragie entraînent une vasoconstriction et la coagulation du sang. Les voies de signalisation intrinsèques et extrinsèques impliquées activent l’agrégation plaquettaire et la formation d’un caillot sanguin, composé de fibrine et de fibronectine, qui obstrue la plaie. Les plaquettes libèrent également des cytokines, des chimiokines et des facteurs de croissances (dont le PDGF, le VEG et TGF-β) qui amorcent le recrutement et la migration des cellules inflammatoires (neutrophiles et macrophages), des fibroblastes et des cellules endothéliales vers le site de la lésion.

La phase inflammatoire

La phase inflammatoire se caractérise par l’infiltration séquentielle des polynucléaires neutrophiles (PMNs), des granulocytes, des monocytes/macrophages et des lymphocytes au niveau de la plaie. La réaction inflammatoire se manifeste localement par un érythème, un œdème et une douleur. L’IL-8 facilite la migration des PMNs provenant des vaisseaux sanguins avoisinants [Test : PMN-0009]. Ces cellules vont alors nettoyer la plaie en sécrétant des protéases (métalloprotéinases matricielles ou MMPs et élastases) et en phagocytant les particules infectieuses, les germes et les débris cellulaires7. En association avec les kératinocytes, les PMNs vont aussi participer aux défenses de l’hôte en générant des radicaux libres (ROS) [Test : PMN-0005] et des peptides cytotoxiques et antimicrobiens (AMPs), tels que les défensines β, la Rnase7, le S100A7 et le LL-37 [Tests: NHEK-00035 ; NHEK-0037 ; EPIBA-0050].

GRAPHIQUE PMN, migration (basal)

Analyse par fluorescence
de la migration de PMN

[Test : PMN-0009]

Analyse par fluorescence
du contenu en ROS dans des PMN

[Test : PMN-0005]

Analyse par ELISA de la libération de β-défensine 2
par des kératinocytes épidermiques (NHEK)

[Test : NHEK-0035]

En parallèle, les monocytes, attirés par des agents chimiotactiques incluant le TGF-β, le PDGF et les produits de lyse de l’élastine et du collagène, vont migrer dans la plaie et se différencier en macrophages matures. Ces derniers vont poursuivre le processus de nettoyage et contribuer à la lutte anti-infection. La production de facteurs de croissance (FGF, EGF, TGF-β…) et de cytokines inflammatoires (TNF-α, IL1-β, IL-8 and IL-6) et anti-inflammatoires (IL-10) va également permettre l’activation des kératinocytes, des fibroblastes et des cellules endothéliales, qui sont impliqués dans la phase de réparation suivante. Les différents facteurs TGF-β possèdent en particulier un rôle central dans la régénération du tissu, de par leur action sur les cellules cibles via les voies de signalisation dépendantes de SMAD et Wnt. Selon l’isoforme du facteur TGF-β l’effet résultant peut être soit activateur soit inhibiteur de la cicatrisation. Enfin, 36h après le début de la lésion, les lymphocytes T, acteurs de la réponse immunitaire cellulaire, vont pénétrer dans la plaie.

Faites le plein d‘expériences en suivant toute l’actualité de Bioalternatives

  • Nouveaux tests, modèles et services
  • Articles et publications
  • Evènements

Related Posts or publications

Cicatrisation cutanée, phases de granulation et maturation La troisième phase de cicatrisation consiste à remplacer la matrice de fibrine provisoire par le tissu de granulation. Elle se déroule en plusieurs étapes: la réépithélialisation, la fibroplasie, le dépôt de collagène et l’angiogenèse.
Cicatrisation cutanée, généralités La cicatrisation cutanée est un processus naturel, dynamique et complexe impliquant de nombreux acteurs pour restaurer les structures cellulaires et tissulaires de la peau : cellules souches, cellules différenciées, follicules pileux, matrice extrace...
Study of proliferation and 3D epidermal reconstruction from foreskin, auricular and trunk keratinocytes in children Severe burns in children are conventionally treated with split-thickness skin autografts or epidermal sheets. An alternative approach is to graft isolated keratinocytes. We evaluated foreskin and other anatomic sites as donor sources for autologous k...
Epidermal healing in burns: autologous keratinocyte transplantation as a standard procedure: update and perspective For years, the question of how covering the wound surface became one of the major challenges in clinical research area and several procedures were proposed. The microskin graft is one of the oldest methods to cover extensive burns. An alternative is...
Foreskin-isolated keratinocytes provide successful extemporaneous autologous paediatric skin grafts We report a successful method for grafting paediatric males presenting large severe burns through direct spreading of autologous foreskin keratinocytes. This alternative method is easy to implement, improves the quality of skin and minimizes associat...