Cicatrisation cutanée, généralités

Cicatrisation cutanée, un processus complexe

La cicatrisation cutanée est un processus naturel, dynamique et complexe impliquant de nombreux acteurs pour restaurer les structures cellulaires et tissulaires de la peau : cellules souches, cellules différenciées, follicules pileux, matrice extracellulaire (ECM), protéines, cytokines, certains microARN, ainsi que les systèmes vasculaires et nerveux et des forces mécaniques.

Le processus de cicatrisation cutanée consiste en 4 phases interconnectées qui se chevauchent :

  • l’hémostase,
  • l’inflammation,
  • la phase de granulation / prolifération
  • et la phase de maturation / remodelage

Ce processus va conduire au remplacement de la peau lésée par du tissu cicatriciel dont les propriétés et l’aspect ne sont pas exactement identiques à la peau d’origine. La peau cicatricielle présente en effet une architecture du collagène anormale et est généralement dépourvue d’annexes cutanées. De plus, la couleur de la peau de la cicatrice est plus claire que la peau adjacente, la rendant plus visible, ce qui peut causer des désagréments esthétiques avec des conséquences psychologiques importantes.

Physiopathologies et solutions thérapeutiques

Tests in vitro et ex vivo: cicatrisation

De nombreux facteurs physiologiques et pathologiques peuvent cependant affecter la régénération et cicatrisation cutanée, à savoir l’âge, les infections, le diabète ou les maladies vasculaires, les neuropathies, la malnutrition, les cancers et les chimio- ou radiothérapies. De plus, le processus de cicatrisation peut parfois s’interrompre, entraînant un retard de la réparation de la peau conduisant à des plaies chroniques. Une dérégulation des différentes phases peut aussi conduire à une production excessive de tissu, formant des cicatrices hypertrophiées ou kéloïdes. Bien que de nombreux traitements soient disponibles pour les soins des cicatrices, tels que les corticostéroïdes, les pansements en gel de silicone, la pressothérapie, la cryothérapie, le 5-fluorouracile, la thérapie laser et les radiothérapies, aucun ne présente une efficacité optimale. De nouvelles options plus performantes sont donc nécessaires.
Faciliter la cicatrisation cutanée, minimiser l’impact esthétique pour le patient et restaurer les fonctions du tissu cutané sont donc des enjeux importants de la dermatologie clinique et cosmétique dans la prise en charge de la cicatrisation. Une bonne compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans la régénération de la peau est fondamentale pour développer et tester des solutions innovantes pour le traitement des cicatrices normales et pathologiques. Ainsi, les connaissances actuelles sur les processus de cicatrisation et les effecteurs impliqués dans la réparation des tissus lésés sont présentées ici.

A lire aussi

Quantification of the IL-1 family member proteins in keratinocyte culture medium (A) and in keratinocyte extract (B)

Fibroblasts are potentially the key sensors of epidermis lesion through keratinocyte IL-1 signalling

Our aim was to revisit the primary sterile epidermis lesion considering the alarmins constitutively expressed in the skin tissue and notably the IL-1 family members (IL-1fm) released by lesional keratinocytes.
At homeostasis, the non-lesional epidermis constitutes a barrier against various external aggressions…

Cicatrisation cutanée, phases de granulation et maturation

La troisième phase de cicatrisation consiste à remplacer la matrice de fibrine provisoire par le tissu de granulation. Elle se déroule en plusieurs étapes: la réépithélialisation, la fibroplasie, le dépôt de collagène et l’angiogenèse.

cicatrisation inflammation

Cicatrisation cutanée, hémostase et phase inflammatoire

La phase hémostasique est la réponse immédiate à la blessure, pour stopper la perte de sang au niveau de la plaie dans les premières minutes qui suivent la lésion. Les dommages aux capillaires sanguins et l’hémorragie entraînent une vasoconstriction et la coagulation du sang.

Cicatrisation cutanée, généralités

La cicatrisation cutanée est un processus naturel, dynamique et complexe impliquant de nombreux acteurs pour restaurer les structures cellulaires et tissulaires de la peau : cellules souches, cellules différenciées, follicules pileux, matrice extracellulaire (ECM), protéines, cytokines, certains microARN, ainsi que les systèmes vasculaires et nerveux et des forces mécaniques.

Study of proliferation and 3D epidermal reconstruction from foreskin, auricular and trunk keratinocytes in children

Our studies highlight the potential of foreskin tissue for autograft applications in boys. A suitable alternative donor site for autologous cell transplantation in female paediatric burn patients remains an open question in our department. We tested the hypothesis that in vitro studies and RHE reconstructive capacities of cells from different body sites can be helpful to select an optimal site for keratinocyte isolation before considering graft protocols for girls.

Epidermal healing in burns: autologous keratinocyte transplantation as a standard procedure: update and perspective

In the contexte of skin graft, cell suspensions transplanted directly to the wound is an attractive process, removing the need for attachment to a membrane before transfer and avoiding one potential source of inefficiency. Choosing an optimal donor site containing cells with high proliferative capacity is essential for graft success in burns.

Foreskin-isolated keratinocytes provide successful extemporaneous autologous paediatric skin grafts

We report a successful method for grafting paediatric males presenting large severe burns through direct spreading of autologous foreskin keratinocytes. This alternative method is easy to implement, improves the quality of skin and minimizes associated donor site morbidity. in vitro studies have highlighted the potential of foreskin tissue for graft applications and could help in tissue selection with the prospect of grafting burns for girls.

Quantitative and qualitative study in keratinocytes from foreskin in children: Perspective application in paediatric burns

Keratinocytes from foreskin have a high capacity for division. A potential source of cells to provide coverage in paediatric burns.

burns

Cultured keratinocyte cells from foreskin and future application for burns in children

The keratinocytes resulting from foreskin have a high capacity of division. These cells can divide a long time before differentiation. The observations enable us to propose with our patients the keratinocytes from foreskin for wound healing especially for burns in children.

lipidocolloid dressing

Stimulation of the proliferation of human dermal fibroblasts in vitro by a lipidocolloid dressing

The effect of Urgotul on normal human dermal fibroblast proliferation was studied in vitro and compared with that of two other dressing: Mepitel and Tulle Gras.

Faites le plein d‘expériences en suivant toute l’actualité de Bioalternatives

  • Nouveaux tests, modèles et services
  • Articles et publications
  • Evènements