Cicatrisation cutanée, généralités

Cicatrisation cutanée, un processus complexe

La cicatrisation cutanée est un processus naturel, dynamique et complexe impliquant de nombreux acteurs pour restaurer les structures cellulaires et tissulaires de la peau : cellules souches, cellules différenciées, follicules pileux, matrice extracellulaire (ECM), protéines, cytokines, certains microARN, ainsi que les systèmes vasculaires et nerveux et des forces mécaniques.

Le processus de cicatrisation cutanée consiste en 4 phases interconnectées qui se chevauchent :

  • l’hémostase,
  • l’inflammation,
  • la phase de granulation / prolifération
  • et la phase de maturation / remodelage

Ce processus va conduire au remplacement de la peau lésée par du tissu cicatriciel dont les propriétés et l’aspect ne sont pas exactement identiques à la peau d’origine. La peau cicatricielle présente en effet une architecture du collagène anormale et est généralement dépourvue d’annexes cutanées. De plus, la couleur de la peau de la cicatrice est plus claire que la peau adjacente, la rendant plus visible, ce qui peut causer des désagréments esthétiques avec des conséquences psychologiques importantes.

Physiopathologies et solutions thérapeutiques

Tests in vitro et ex vivo: cicatrisation

De nombreux facteurs physiologiques et pathologiques peuvent cependant affecter la régénération et cicatrisation cutanée, à savoir l’âge, les infections, le diabète ou les maladies vasculaires, les neuropathies, la malnutrition, les cancers et les chimio- ou radiothérapies. De plus, le processus de cicatrisation peut parfois s’interrompre, entraînant un retard de la réparation de la peau conduisant à des plaies chroniques. Une dérégulation des différentes phases peut aussi conduire à une production excessive de tissu, formant des cicatrices hypertrophiées ou kéloïdes. Bien que de nombreux traitements soient disponibles pour les soins des cicatrices, tels que les corticostéroïdes, les pansements en gel de silicone, la pressothérapie, la cryothérapie, le 5-fluorouracile, la thérapie laser et les radiothérapies, aucun ne présente une efficacité optimale. De nouvelles options plus performantes sont donc nécessaires.
Faciliter la cicatrisation cutanée, minimiser l’impact esthétique pour le patient et restaurer les fonctions du tissu cutané sont donc des enjeux importants de la dermatologie clinique et cosmétique dans la prise en charge de la cicatrisation. Une bonne compréhension des mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans la régénération de la peau est fondamentale pour développer et tester des solutions innovantes pour le traitement des cicatrices normales et pathologiques. Ainsi, les connaissances actuelles sur les processus de cicatrisation et les effecteurs impliqués dans la réparation des tissus lésés sont présentées ici.

Faites le plein d‘expériences en suivant toute l’actualité de Bioalternatives

  • Nouveaux tests, modèles et services
  • Articles et publications
  • Evènements

Related Posts or publications

Cicatrisation cutanée, phases de granulation et maturation La troisième phase de cicatrisation consiste à remplacer la matrice de fibrine provisoire par le tissu de granulation. Elle se déroule en plusieurs étapes: la réépithélialisation, la fibroplasie, le dépôt de collagène et l’angiogenèse.
Cicatrisation cutanée, hémostase et phase inflammatoire La phase hémostasique est la réponse immédiate à la blessure, pour stopper la perte de sang au niveau de la plaie dans les premières minutes qui suivent la lésion. Les dommages aux capillaires sanguins et l’hémorragie entraînent une vasoconstriction ...
Study of proliferation and 3D epidermal reconstruction from foreskin, auricular and trunk keratinocytes in children Severe burns in children are conventionally treated with split-thickness skin autografts or epidermal sheets. An alternative approach is to graft isolated keratinocytes. We evaluated foreskin and other anatomic sites as donor sources for autologous k...
Epidermal healing in burns: autologous keratinocyte transplantation as a standard procedure: update and perspective For years, the question of how covering the wound surface became one of the major challenges in clinical research area and several procedures were proposed. The microskin graft is one of the oldest methods to cover extensive burns. An alternative is...
Foreskin-isolated keratinocytes provide successful extemporaneous autologous paediatric skin grafts We report a successful method for grafting paediatric males presenting large severe burns through direct spreading of autologous foreskin keratinocytes. This alternative method is easy to implement, improves the quality of skin and minimizes associat...