Cicatrisation cutanée, hémostase et phase inflammatoire

L’hémostase

cicatrisation inflammation

La phase hémostasique est la réponse immédiate à la blessure, pour stopper la perte de sang au niveau de la plaie dans les premières minutes qui suivent la lésion. Les dommages aux capillaires sanguins et l’hémorragie entraînent une vasoconstriction et la coagulation du sang. Les voies de signalisation intrinsèques et extrinsèques impliquées activent l’agrégation plaquettaire et la formation d’un caillot sanguin, composé de fibrine et de fibronectine, qui obstrue la plaie. Les plaquettes libèrent également des cytokines, des chimiokines et des facteurs de croissances (dont le PDGF, le VEG et TGF-β) qui amorcent le recrutement et la migration des cellules inflammatoires (neutrophiles et macrophages), des fibroblastes et des cellules endothéliales vers le site de la lésion.

La phase inflammatoire

La phase inflammatoire se caractérise par l’infiltration séquentielle des polynucléaires neutrophiles (PMNs), des granulocytes, des monocytes/macrophages et des lymphocytes au niveau de la plaie. La réaction inflammatoire se manifeste localement par un érythème, un œdème et une douleur. L’IL-8 facilite la migration des PMNs provenant des vaisseaux sanguins avoisinants [Test : PMN-0009]. Ces cellules vont alors nettoyer la plaie en sécrétant des protéases (métalloprotéinases matricielles ou MMPs et élastases) et en phagocytant les particules infectieuses, les germes et les débris cellulaires7. En association avec les kératinocytes, les PMNs vont aussi participer aux défenses de l’hôte en générant des radicaux libres (ROS) [Test : PMN-0005] et des peptides cytotoxiques et antimicrobiens (AMPs), tels que les défensines β, la Rnase7, le S100A7 et le LL-37 [Tests: NHEK-00035 ; NHEK-0037 ; EPIBA-0050].

GRAPHIQUE PMN, migration (basal)

Analyse par fluorescence
de la migration de PMN

[Test : PMN-0009]

Analyse par fluorescence
du contenu en ROS dans des PMN

[Test : PMN-0005]

Analyse par ELISA de la libération de β-défensine 2
par des kératinocytes épidermiques (NHEK)

[Test : NHEK-0035]

En parallèle, les monocytes, attirés par des agents chimiotactiques incluant le TGF-β, le PDGF et les produits de lyse de l’élastine et du collagène, vont migrer dans la plaie et se différencier en macrophages matures. Ces derniers vont poursuivre le processus de nettoyage et contribuer à la lutte anti-infection. La production de facteurs de croissance (FGF, EGF, TGF-β…) et de cytokines inflammatoires (TNF-α, IL1-β, IL-8 and IL-6) et anti-inflammatoires (IL-10) va également permettre l’activation des kératinocytes, des fibroblastes et des cellules endothéliales, qui sont impliqués dans la phase de réparation suivante. Les différents facteurs TGF-β possèdent en particulier un rôle central dans la régénération du tissu, de par leur action sur les cellules cibles via les voies de signalisation dépendantes de SMAD et Wnt. Selon l’isoforme du facteur TGF-β l’effet résultant peut être soit activateur soit inhibiteur de la cicatrisation. Enfin, 36h après le début de la lésion, les lymphocytes T, acteurs de la réponse immunitaire cellulaire, vont pénétrer dans la plaie.

Faites le plein d‘expériences en suivant toute l’actualité de Bioalternatives

  • Nouveaux tests, modèles et services
  • Articles et publications
  • Evènements
Quantification of the IL-1 family member proteins in keratinocyte culture medium (A) and in keratinocyte extract (B)

Fibroblasts are potentially the key sensors of epidermis lesion through keratinocyte IL-1 signalling

Our aim was to revisit the primary sterile epidermis lesion considering the alarmins constitutively expressed in the skin tissue and notably the IL-1 family members (IL-1fm) released by lesional keratinocytes.
At homeostasis, the non-lesional epidermis constitutes a barrier against various external aggressions…

Cicatrisation cutanée, phases de granulation et maturation

La troisième phase de cicatrisation consiste à remplacer la matrice de fibrine provisoire par le tissu de granulation. Elle se déroule en plusieurs étapes: la réépithélialisation, la fibroplasie, le dépôt de collagène et l’angiogenèse.

cicatrisation inflammation

Cicatrisation cutanée, hémostase et phase inflammatoire

La phase hémostasique est la réponse immédiate à la blessure, pour stopper la perte de sang au niveau de la plaie dans les premières minutes qui suivent la lésion. Les dommages aux capillaires sanguins et l’hémorragie entraînent une vasoconstriction et la coagulation du sang.

Cicatrisation cutanée, généralités

La cicatrisation cutanée est un processus naturel, dynamique et complexe impliquant de nombreux acteurs pour restaurer les structures cellulaires et tissulaires de la peau : cellules souches, cellules différenciées, follicules pileux, matrice extracellulaire (ECM), protéines, cytokines, certains microARN, ainsi que les systèmes vasculaires et nerveux et des forces mécaniques.

Study of proliferation and 3D epidermal reconstruction from foreskin, auricular and trunk keratinocytes in children

Our studies highlight the potential of foreskin tissue for autograft applications in boys. A suitable alternative donor site for autologous cell transplantation in female paediatric burn patients remains an open question in our department. We tested the hypothesis that in vitro studies and RHE reconstructive capacities of cells from different body sites can be helpful to select an optimal site for keratinocyte isolation before considering graft protocols for girls.

Epidermal healing in burns: autologous keratinocyte transplantation as a standard procedure: update and perspective

In the contexte of skin graft, cell suspensions transplanted directly to the wound is an attractive process, removing the need for attachment to a membrane before transfer and avoiding one potential source of inefficiency. Choosing an optimal donor site containing cells with high proliferative capacity is essential for graft success in burns.

Foreskin-isolated keratinocytes provide successful extemporaneous autologous paediatric skin grafts

We report a successful method for grafting paediatric males presenting large severe burns through direct spreading of autologous foreskin keratinocytes. This alternative method is easy to implement, improves the quality of skin and minimizes associated donor site morbidity. in vitro studies have highlighted the potential of foreskin tissue for graft applications and could help in tissue selection with the prospect of grafting burns for girls.

Quantitative and qualitative study in keratinocytes from foreskin in children: Perspective application in paediatric burns

Keratinocytes from foreskin have a high capacity for division. A potential source of cells to provide coverage in paediatric burns.

burns

Cultured keratinocyte cells from foreskin and future application for burns in children

The keratinocytes resulting from foreskin have a high capacity of division. These cells can divide a long time before differentiation. The observations enable us to propose with our patients the keratinocytes from foreskin for wound healing especially for burns in children.

lipidocolloid dressing

Stimulation of the proliferation of human dermal fibroblasts in vitro by a lipidocolloid dressing

The effect of Urgotul on normal human dermal fibroblast proliferation was studied in vitro and compared with that of two other dressing: Mepitel and Tulle Gras.